Culture martiale

LE WUSHU - DÉFINITIONS   Ethymologie :

 

Les arts martiaux chinois dont l'histoire est pourtant très ancienne, furent découverts par une grande partie du public occidental en 1972, après la diffusion de la série télévisée "Kung Fu", interprétée par David Carradine. Scénario à l'accent mystique et chevaleresque; un disciple de Shaolin, réfugie aux états unis, utilise les arts martiaux pour faire le bien autour de lui (etc...) On fit alors l'amalgame entre les arts martiaux chinois, une sagesse assez romanesque et le terme "Kung Fu" 功夫. Le terme 功夫 est ancien, il désigne "l'habileté". Cela s'étend, en réalité, à bien d'autres domaines que les arts martiaux. En chine, les arts martiaux nationaux sont appellés "Wushu" ou "Zhongguo Wushu" 中国武术 ; "Zhongguo" signifiant "la Chine" ou "chinois", et "Wushu" équivalent d' "arts martiaux", "arts militaires" ou encore "arts guerriers".

武 "wu" = martial, brave, vaillant.

术 "shu" = art, technique, methode, tactique.

 

Dans la Chine ancienne, le Wushu avait de nombreuses appellations : "Shoubo" 手搏 ("combat libre a main nues"), Wuyi 武艺 ("arts martiaux"), "Quanbang" 拳棒 ("boxe et baton"), "Quanjiao" 拳脚 ("boxe pieds poings"), "Xiangpu" 相扑 ("Sumo"), ou encore "Jiaoli" 角力 ("démonstration de force") ...

 

Aujourd'hui, on peut aussi entendre "Guoshu" 国术 ("art martial national") ou "Jiji" 技击 ("aptitude au combat"). Dans le folklore, on l'appelait "Bashi" 把式 ("spectacle de rue") car à une époque beaucoup de professeurs vivaient grâce à l'argent récolté dans des démonstration en public; ou encore "Caobiangua" 操扁挂 ("se battre de côté, de flanc") car c'est une particularité de nombreux styles de Wushu.

 

Quelques définitions :

 

Pour certains, le Wushu est considéré comme une gymnastique chinoise, comme l'ensemble des techniques de combat originaires de chine ou simplement comme un ancien héritage culturel. Ces définitions sont réductrices ou incomplètes. Le Wushu est sans nul doute un élément martial, sportif, artistique et culturel chinois. Il tend à pratiquer et cultiver, à la fois l'interne et l'externe*. Pour cela, il inclût l'enseignement de Taolu (enchaînements codifiés), du combat, ainsi que du Qi Gong (art énergétique). Il permet le développement des capacités de combat et le développement de la coordination  (bras-jambes, interne-externe, corps-esprit, rapidité-lenteur, contraction-souplesse ...). Il a pour fonction d'améliorer les capacités physiques, d'entretenir la santé, de cultiver mais aussi de tempérer l'esprit. C'est enfin une discipline sportive qui peux être envisagée comme une pratique de loisir, de spectacle, de combat ou de compétition.

* Grossièrement, il s'agit ici de l'opposition entre un travail profond, peu visible, axé sur soi; et un travail physique, musculaire, très apparent. Interne et externe peuvent aussi s'envisager comme l'opposition d'un travail musculaire en aérobie et en anaérobie.

 F.Destrem / Yang Xiao Yuen / C.Garrido